“Dust my broom”

Histoire de nettoyage

« Dust my broom » est donc un standard du blues qui a un timbre particulier notamment l’intro à la guitare, et qui a eu de nombreuses variations comme vous allez pouvoir l’entre-apercevoir j’espère avec ce petit papier.

I Believe I’ll Dust My Broom [Remastered] ROBERT JOHNSON (1936)

Image de prévisualisation YouTube

L’histoire commence le 23 Novembre 1936 quand « Robert Johnson » enregistre « I believe I’ll dust my broom » version typique de blues du Mississipi. Dans cette session le chanteur et guitariste du delta enregistra aussi « sweet home chicago » excusez du peu.

Dust My Broom – Elmore James 1951

Image de prévisualisation YouTube

Il semble qu’il se soit inspiré de « I believe I’ll make a change » de Aaron Spark et son frere Milton créée de 1932. En 1934 « Kokomo Arnold » dans un enregistrement à chicago est le premier  employer la phrase « Dust my Broom » dans « Sagefield Woman Blues ».

Fleetwood Mac w. Peter Green – Dust My Broom

Image de prévisualisation YouTube

Puis c’est « Elmore James » contemporain de « Johnson » qui avec « Sonny Boy Williamson » va faire une interprétation avec une  trompette qui popularisera  en 1949 un peu plus ce morceau de blues génial.

JUKE JOINT PIMPS – DUST MY BROOM

Image de prévisualisation YouTube

Par la suite la paternité de « Dust my broom » fera naitre un conflit entre ces artistes mais on s’en fout un peu maintenant.

John Mayall & The Bluesbreakers – Dust My Blues

Image de prévisualisation YouTube

Chemin faisant (ten points), les versions se suivent et se « modernisent » avec les ajouts de sax ou de guitares plus électriques, plus tard encore plus rocks (cf. version Walter Trout) suivant les périodes et les influences musicales, mais on garde en filigrane la même énergie originelle.

Mick Jagger – Mustique 2005 – Dust My Broom

Image de prévisualisation YouTube

Le message de cette petite histoire est simple et intemporel, si vous souhaitez changer de partenaire (ici de femmes puisque c’est des hommes qui chantent, c’est clair maintenant vous suivez ?), vous devez, avant d’avoir cette nouvelle relation, nettoyer ou clarifier l’ancienne comme quand on fait le ménage chez soi juste avant de recevoir quelqu’un.

Walter Trout – Dust my broom

Image de prévisualisation YouTube

C’est un peu de la science fiction pour les hommes mais bon c’est une fable si on va par là !

Erja Lyytinen – Dust My Broom

Image de prévisualisation YouTube

Bref c’est quand même une chanson sur laquelle on ne reste pas incessible, des riffs de guitares toujours à donner la chair de poule,  qui se permet de traverser l’histoire du blues, du rock sans perdre  sa force ni son sens (enfin pour certains).

Bon je vais aller nettoyer un peu on sait jamais

L’espoir fait vivre, surtout le vendredi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Protected with IP Blacklist CloudIP Blacklist Cloud