BO de « Charlie’s Angels » : du fun et pis c’est tout !

La vague des adaptation 70’s a déboulé à la fin des années 90 et s’est poursuivit durant le début des années 2000 (avant de finir d’exploiter le filon et de passer aux séries des 80’s) Celui de « Charlie et ses drôles de dames » débarque à la fin de l’année 2000 avec un trio d’actrices sexy et derrière la caméra, un mec venu du clip, le sympathique McG. La BO qui accompagne le film (sortit 10 jours) se révèle assez hétéroclite, cumulant vieux tubes, morceaux écrit pour le film par des groupes réputés et quelques perles oubliées. Une BO de blockbuster hollywoodien en somme.

Image de prévisualisation YouTubeOn ouvre donc avec une exclu, « Independant woman » de Beyoncé et ses choristes aka Destiny’s Child. C’est du R’n’B moderne avec son sample efficace et une production aux petits oignons et des voix bien claires. De quoi inondé les ondes FM pendant 6 mois non-stop. Puis c’est la chanson de drague « Heaven must be missing an angel« , classique disco de 1976 qui accompagne la fameuse scène où Cameron Diaz se déhanche au réveil en petite culotte Spider-Man. On continue avec le funky « You make me feel like dancing » de Leo Sayer, hit de 1976. Encore un slow avec « True » de Spandau Ballet (hit de 1983, mon année de naissance). Retour de Beyoncé et ses copines avec « Dot« , voire plus haut. Bon, on a bien patienté avec ces morceaux calmes, place à un peu de rythme avec « Baby got back » de Sir Mix-A-Lot (qui accompagne l’autre scène de danse de Cameron Diaz dans le film). C’est juste trop mortel, un classique hip-hop avec des punchlines hilarantes et un beat mortel. On continue ?

Image de prévisualisation YouTube

Place à « Angel’s eye » des papys d’Aerosmith, écrit spécialement pour la BO. C’est du vieux rock FM du leader Steven Tyler, avec un riff qui n’a pas bougé depuis 20 ans et qui contente les mères au foyer qui fantasment toujours sur lui depuis leur jeunesse (ou qui sont d’anciennes groupies). Retour à du vrai rock qui tâche avec « Barracuda » de Heart. Standard au riff galopant mythique et au chant rageur. On se défoule en beauté avec ce classique de 1977. Place à un titre un peu méconnu avec « Turning Japanese » de The Vapors datant de 1980. On flirte avec le J-pop et ma foi, c’est très entraînant. On continue avec le hit éphémère « Brandy (You’re a fine girl) » de Looking glass. Sympa et assez dansant. Nouveau classique Motown avec « Got to give it up » du grand Marvin Gaye. Pousser les tables et lancez-vous sur la piste, porté par le swing de ce titre magique. Pas rassasié, le disque a encore quelques atouts en réserve.

Image de prévisualisation YouTube

« Ya mama » de Fatboy Slim arrive avec son beat bien lourd et confirme le talent de son auteur. « Groove is in the heart » de Deee-Lite est un titre plus groovy qui le fait quand même. On finit avec un remix du thème original par Apollo 440 et ma foi, j’aime assez avec un mélange d’électro déchaîné et un riff de guitare bien distordu. Conclusion avec « Tangerine speedo » de Caviar, truc inclassable et qui détonne vraiment avec le reste.

Image de prévisualisation YouTube

Voilà, on viens de passer presque une heure avec pas mal de bons sons et le film contient tellement de morceaux que le disque se permet « d’oublier » des trucs comme « I love rock’n’roll« , « Blind » de KoRn, « Billie Jean » et, last but not least, le « Smack my bitch up » de The Prodigy, qui accompagne pourtant une des scènes de fight, la plus connue du film, et qui, en plus, est vraiment un morceau excellentissime du trio anglais. C’est presque un crime (mais peut-être est-ce pour une question de droits). Une BO pas vraiment audacieuse donc mais très fun, à l’image du film.

Image de prévisualisation YouTube
4 commentaires Ajoutez les votres
  1. Merci pour ces compliments (généraux à l’ensemble de l’équipe), surtout qu’il m’arrive de passer parfois plus de temps à trouver la bonne vidéo qu’à écrire l’article !

    A bientôt sur le blog !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Protected with IP Blacklist CloudIP Blacklist Cloud