Les cheveux roses d’Alison

Il commence enfin à faire beau ? Attention, c’est pas encore les vacances. L’heure est plutôt au rangement des cahiers, au rendu des évaluations, à signer en bas à gauche SVP. On s’énerve pas, on enfile pas encore son maillot. On fait des bilans. Donc après quelques billets sur blog-zik, qu’est-ce qu’on retient de cette année musique et fashion ? Le brushing impassible de Lana Del Rey, même pour de vrai ? Le costume gladiator de Madonna qui glisse quand elle se trémousse ? Celui à Cannes de Givenchy pour Joey Starr, la plus spectaculaire rédemption mode de la décennie ?

Retour en arrière avec en vue les 4 sets des Kills en mai dernier en France. Concentré de succès impeccables, rythme assuré par 4 batteurs mauvais garçons, immersion dans un méga imprimé panthère aux couleurs changeantes, et notre couple dandy « sulfureux et magnétique » dixit Carol, bien présent malgré le show super huilé. Regardons-les lors de leur visite à La Sirène :

Vous avez remarqué ? La captation de France 3 est de qualité, on voit bien les riffs classieux de Jamie, les foulards rouges des batteurs, Alison qui ne cesse d’arpenter la scène de sa démarche féline, agrippant le micro, miaulant d’un chant puissant et nerveux… et ses cheveux roses.

Comment roses ? Comme Katy Perry ? Comme Lily Allen ? La rebelle adopterait cette tendance barbapapa qui a commencé en classe sur les podiums – Vogue en témoigne ici – avant de débarquer chez les chanteuses candy – en moins classe ? Elle qui avait fait de sa longue et irrésistible frange noire le symbole même d’une féminité à fleur de peau et de son identité rock…

Certains mauvais esprits ont même été jusqu’à trouver cette couleur atroce, associant ce geste extrême au récent mariage de Jamie avec Kate Moss.

Et puis quoi encore. Trop facile.

D’abord, ce rose n’est pas barbapapa, n’est pas atroce, n’est pas n’importe quel rose : pas mièvre (genre j’ai 5 ans et je veux avoir la même couleur que mon petshop), pas dans la demi-mesure (genre je me fais juste une mèche pour dire que je suis fun), pas casque (genre je me suis coulée de la grenadine sur la tête). C’est un rose total, violent. Un rose indien digne d’un des plus beaux couchers de soleil que peut-être vous aurez la chance de voir cet été… si vous avez de la chance. Et surtout Alison, la finaude, est capable lui donner une existence de rock star à ce rose, en l’ébouriffant – terme de Carol, toujours – avec en renfort de subtiles pointes noires. Les pointes noires, ça redonne du volume au-dessus, astuce de coloriste. Sur scène, un ventilateur assure aussi l’envolée des mèches, autre astuce géniale.

Au repos, voici donc les cheveux incroyablement flashy, assortis en plus d’une chemise en satin rose et d’un pantalon rouge. Ca va à l’encontre de tout le bon goût distillé par les magazines féminins, c’est extrême :

Image de prévisualisation YouTube

Donc si on écoute Jamie, les cheveux roses, c’est l’héritage du papy dadaïste ? Une façon de se servir d’une tendance, de codes visuels pour mieux les dynamiter ? Aller vers une beauté convulsive à la Breton ? A réfléchir. En tout cas, on vous conseille pas d’essayer, y a juste la belle Alison qui peut se permettre. Et tant mieux.

The Kills sera en concert vendredi prochain au festival Beauregard, le premier des festivals de l’été. Alisson aura-t-elle encore ses cheveux roses ? Il faudrait qu’ils durent un peu pour qu’ils puissent prétendre à une destinée telle que la banane d’Elvis, le carré de Blondie, la choucroute d’Amy… mais déjà on leur décerne le prix de la plus belle avancée fashion de la saison. Olé !

Dessin et billet par Cat

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Protected with IP Blacklist CloudIP Blacklist Cloud