Mouvement Punk : tentons l’approche [Part I]

Mon homme me dit : « le mouvement punk, ça vient des anglais au milieu des années 70. C’est un mouvement contestataire, qui regroupe des anarchistes, apparu au moment des méga grèves…Les Clashs qui soutiennent les mouvements d’extrême gauche, non ? » Oui c’est un peu ça mais ce n’est pas le début de l’histoire.

A quand remonte la naissance du mouvement punk. Il y a d’abord eu le mot, utilisé pour nommer les brigands, les moins que rien, les nuls, les ordures.

Tu peux lire cent livres, les tourner dans tous les sens pour comprendre qui a raison… en fait le punk a toujours existé. Mais le mouvement ?

Sa sacralisation, c’est bien le Royaume Uni, quand les Sex Pistols sont invités sur un plateau télé, qu’ils choquent par leur attitude bouffonne la société bien pensante anglaise. Mais ce n’est que la pointe de l’iceberg.

Ce qui m’intéresse, c’est ce qui est en dessous, ce qui les a aidés à émerger si facilement. Et en dessous, surprise c’est l’Amérique. Et oui !

Façade du CBGB – New York où tous ces groupes sont parfois passés le même soir : The New York Dolls, The Stooges, The Ramones et leurs protégés les Cramps…plus tard les Clashs.

Le mot punk aurait été utilisé la première fois par Lester Bangs (critique rock) pour qualifier la musique des Motors City Five (MC5).

Par ailleurs, le très regretté Alain Dister, journaliste, photographe et écrivain notamment dans Rock & Folk, l’a entendu prononcer pour la première fois en 1967, dans la bouche de Franck Zappa qui en avait fait un titre « Flower Punk » en plein Summer of Love.

Dister rappelle aussi que les punks étaient qualifiés « avatars des hippies », car ils étaient tour à tour affublés de ces deux étiquettes par les médias.

Pour exemple, Patti Smith à New York au Chelsea en 1971, hippie en foulard et bijoux indiens, puis en 1976 en punk, sur la scène du CBGB à New York.

Patti en Concert en 1976Image de prévisualisation YouTube

L’esprit punk c’est la « stratégie de rupture » avec un monde conventionnel qu’on jette aux ordures, ordures dont on n’a pas peur puisqu’on en fait partie. La provocation, arme terriblement affutée des punks, va se manifester par un mode d’expression simple et direct : défonce, pauvreté, look approximatif (do it yourself) voire pas de look, outrage, transgression… pour revenir à un rock basique, binaire, souvent qualifié de simpliste.

Bientôt les rockers énervés vont tourner le dos aux monstres fabriqués de toute pièce par le show bizz pour créer la scène underground :

A Londres au Roxy, à New York au CBGB et partout sur les scènes underground…des groupes qui jouaient sans relâche avec le même matériel (pas le temps de changer), qui cassaient la gueule au public s’ils jugeaient le mériter … sans s’excuser.

L’anecdote qui tue : les Ramones ont joué 74 concerts au CBGB, d’une durée moyenne de 17 minutes.

Une fois ces bases posées par des groupes américains comme les MC5, New York Dolls (dont le premier manager a été Malcom Maclaren, manager des Sex Pistols,) Voidoids et quelques anglo-saxons clairvoyants, ne restaient plus aux Sex Pistols  qu’à appliquer la formule à la lettre.

Sid Vicious et Johhny Rotten
Sid Vicious et Johhny Rotten - © DR

Avec Johnny Rotten comme chanteur (qui formera ensuite The PIL), à qui l’on a reproché de ne savoir jouer d’aucun instrument mais dont l’attitude punk  n’a jamais été critiquée, et le bassiste trop vite disparu Sid Vicious , les Sex Pistols avaient choisi la démesure, et endossé leur rôles à la perfection. Ils avaient compris : sur scène et dans la vie, Ils incarnaient le Punk dans sa plus pure version : pourris et le revendiquant !

Vivianne Westwood
Vivianne Westwood - © DR

Mode etc… Le mouvement punk a séduit d’autres arts – la mode avec Vivianne Westwood, le graphisme (pochettes de disque provocantes comme celle de Bedtime for democracy des Dead Kennedys, des Cramps, des Bérruries Noirs en France).

Mais la petite histoire n’a gardé que les symboles : les épingles à nourrice, les crêtes iroquoises, les piercings, les tatouages… pourtant ces effets ne sont apparus que plus tard.

Patti Smith, poétesse et égérie punk, se contentait d’une chemise blanche et d’une veste noire. Joe Strummer, chanteur des Clash était plus enclin à porter des chemises passe-partout et des cheveux peignés et gominés que des crêtes et des Tee-shirt troués. Les Ramones, en blouson de cuir noir avaient certainement le même coiffeur que les Rolling Stones… La liste serait longue !

Ce sont les Sex Pistols qui ont apporté la touch punk avec des tenus confectionnés par le couple Westwood- Mclaren ayant su très habilement faire d’eux leurs ambassadeurs médiatiques. Et rapidement dans les années 80, le punk riche est apparu alors que ce mouvement s’était construit dans la rue.

Image de prévisualisation YouTube Fin 80, la belle Nina Hagen l’avait bien compris, le look compte autant que la musique !

Une approche toute personnelle, nostalgie oblige !… [Part II] à venir si le coeur vous en dit.

Allez réagissez … je n’attends que ça !

Krol

5 commentaires Ajoutez les votres
  1. L’un de mes morceaux préférés est « This is Not a Love Song » de PIL, mais c’est un peu après le punk je crois…sinon j’affectionne tout particulièrement The Clash !

    1. Idem, j’ai un petit faible pour The Clash que j’ai découvert toute petite et qui m’ont toujours accompagnée. J’ai longtemps cherché un fiancé qui ressemblait à Joe… avec la même classe, la même douceur et la même folie ! Son engagement politique, ses idées radicales et les moyens qu’il employait pour parvenir à ses fins… tout me plait. Parti trop tôt (de la scène) et de la terre.

  2. j’attends impatiemment le part 2, car je suis très attire par les groupres post punk tel que : PIL, devo, siouxie, joy dividion, the fall, wire…ou meme xtc et the b’52. il faudra forcement en parler, non ?

    1. C’est plus le mouvement que les groupes et la musique que j’ai envie de mettre en avant dans cet article. Effectivement, PIL, Joy Division sont des références … Quant à B-52’s, groupe mythique qui m’a fait ruiné en bombe de laque, je ne sais pas si je dois les classer dans le mouvement punk. Plus psyché que punk non ? Quelqu’un a t’il la définition exacte de la musique punk ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Protected with IP Blacklist CloudIP Blacklist Cloud