« The bomb shelter sessions » de Vintage Trouble : la nostalgie éternelle.

En ces temps de « C’était mieux avant », il n’est pas étonnant de voir pulluler un maximum de groupes (bien aidé par un marché de la musique, et des arts en général, en pleine explosion) qui recyclent des tics et/ou des sons anciens, qui reviennent aux bases de ce qui les faisaient rêver plus jeunes et qui, une fois leur groupe formé, s’ingénient à le refaire, avec un son plus moderne. Ainsi, après la vague de groupe commençant par « The », la nouvelle mode est au vintage. Et en l’occurrence içi, ça vaut le détour.

Continuer la lecture

« Songs for the deaf » de Queens of the stone age : le concept du chef d’oeuvre.

Le groupe Queens of the stone age est issu de la séparation du groupe Kyuss et le chanteur Josh Homme en était le leader et il souhaitait malgré tout continuer dans sa voie. Après 2 albums appréciés de la critique mais un peu passé inaperçu, l’heure est venue de connaître la consécration. Le groupe a largement soldé son passif avec Kyuss et a déjà trouvé son courant musical. Le disque est un album-concept qui proposera entre les chansons des intermèdes du style des radios US de Californie, injectant ainsi une bonne dose d’humour. le titre : « Songs for the deaf », chansons pour les sourds. Une bonne excuse pour monter le volume.

Continuer la lecture

« Daydream Nation » by Sonic Youth : la claque !!!

Parmi tous les groupes indés de la Big Apple ayant fleuri dans les 80’s, la postérité retient surtout les Sonic Youth, véritable porte-étendard d’une jeunesse éprise de liberté en pleine vague reaganienne. Après plusieurs albums au succès confidentiel assortis de prestations scéniques dantesques, le groupe accédera enfin à une notoriété plus large en 1988 avec « Daydream Nation ». Des paroles enflammées, des riffs dévastateurs, une rythmique exceptionnelle pour une succession de titres tous plus intenses les uns que les autres.

Continuer la lecture

« Iowa » de Slipknot : planquez mamie, Satan is back !

Les 9 masqués de Des Moines (Iowa) s’étaient fait remarqué en 1999 avec leur 1er « vrai » album (qui faisait suite au maxi de 5 titres sortit en 1998) qui imposait leur style ultra-agressif, une rythmique démentielle et un visuel volontairement perturbant (masques, combis de condamnés à mort). En 2001, c’est le choc « Iowa ». Encore plus agressif, plus rythmé, plus monstrueux, avec une évolution musicale prégnante et des textes plus solides. Accrochez-vous bien car c’est parti pour un trip d’enfer !

Continuer la lecture

« Surfin’ Safari » de The Beach Boys : l’été est là !

L’été est officiellement commencé depuis quelques jours (oui, parce que dans les faits on attend encore) et quoi de mieux pour fêter ça que d’écouter The Beach Boys. 1er album du combo californien sortit en 1962, porte-étendard de la surf music et plus rafraîchissant qu’un pack de Coca. Affûtez vos planches, c’est parti pour un ride de folie !

Continuer la lecture

« The Black Album » de Metallica : 20 ans après.

Ce week-end (le 12 mai), le groupe américain Metallica a rempli le Stade de France pour fêter les 20 de leur album le plus vendu au monde (21 en vrai puisqu’il est sortit en 1991). Renommé « Black Album » par les fans (il s’appelle tout simplement « Metallica » en vrai puisqu’aucun titre n’est noté sur la pochette, magnifique par ailleurs), le disque divise la fan-base du groupe : les purs et durs diront que c’est à cette époque que le groupe a pris son virage commercial, les autres trouvent que c’est un aboutissement tout autant qu’un virage artistique. Et chacun a un peu raison.

Continuer la lecture

« Raw power » de The Stooges : le hurlement de l’Iguane.

Après 2 albums et et des tournées mythiques, le groupe The Stooges était en pleine déliquescence à cause des multiples abus de ses membres. Virés par leur maison de disques, le combo était donné pour mort. Iggy Pop rencontra David Bowie (aka Ziggy Stardust à l’époque) en 1971 et ce dernier l’emmena, lui et le guitariste James Williamson à Londres pour trouver de nouveaux musiciens. Déçu par les multiples candidats, Pop décida de rappeler les frères Asheton : Ron glissa à la basse quand Scott retrouva ses baguettes. A 4, sous la surveillance de Bowie, le groupe se relance et change de nom : Iggy & The Stooges. Le nom change mais le son évolue. Vers quelque chose de plus brutal. Vraiment brutal.

Continuer la lecture