BO de « Good morning England » : l’époque bénie du rock.

Sortit en 2009, le 2ème film du surdoué Richard Curtis narrait l’histoire de l’une des nombreuses radios pirates qui émettaient au Royaume-Uni au milieu des années 60, en réponse à l’interdiction par le gouvernement de Sa Gracieuse Majesté de diffuser du rock (ou alors limité à 45 minutes par jour sur la BBC). Ce qui était fort dommage car le genre explosait et un paquet de groupes se lançaient dans cet univers en friche, à grands coups de riffs ravageurs et de refrains ultimes. Et la BO est une magnifique compilation de cette époque très riche d’un point de vue créatif.

Continuer la lecture

« The golden age of grotesque » de Marilyn Manson : bienvenue dans le cabaret du Diable.

Après avoir achevé sa trilogie sur l’Antichrist avec fureur mais également sans convaincre les fans, Marilyn Manson fait une petite pause. Durant cette dernière, il vire le fidèle Twiggy Ramirez (remplacé par Tim Sköld) et signe la BO du « Resident Evil » de Paul W.S. Anderson. Son nouvel album paraît donc le 13 mai 2003, et pour cela, il s’est inspiré de différents courants : le grotesque, l’art dégénéré, Oscar Wilde, Peter Pan et l’expressionnisme allemand des années 20-30. Bref, il nous a fait du Manson tout craché. Mais il a aussi fait son meilleur album depuis « Antechrist Superstar ».

Continuer la lecture

Mezmerize/Hypnotize : le diptyque énervé de System of a Down. Part 2

Voilà le 2nd volet du diptyque du groupe américain System of a Down : « Hypnotize ». Il sort 6 mois après « Mezmerize », le 22 novembre 2005 et il est précédé du single « Hypnotize » (sortit lui le 14 novembre). Mais l’album s’ouvre avec une piste toute autre : « Attack ». Et là, on est directement dans un style ultra-pêchu avec une intro trépidante. Le couplet calme le jeu ensuite mais c’est pour mieux repartir avec un pont speed et un refrain frénétique. La guitare se la donne à fond, la batterie et la basse suivent le rythme comme ils peuvent et le flow de Serj Tankian assure toujours, sans parler des lyrics enflammés. La chanson se conclue sur un riff de marteau et un ultime refrain monstrueux. Le ton est donné, place à « Dreaming ». Là, on retrouve un morceau plus dans la veine du 1er album. Alternant rythmique de fou furieux et plages calmes, voilà une piste agréable, qui symbolise parfaitement le style du groupe, inclassable et aux influences diverses et variées. Puis arrive laa délicate intro de « Kill rock’n’roll » qui était le 3ème single de l’album. Là encore, on est dans du pur SoaD, énergique, expéditif et au rythme saccadé tout en étant musicalement très riche. On enchaîne avec « Hypnotize » avec là encore une intro très douce sauf qu’içi, il y a une petite montée de rythme qui nous annonce du neuf. Le chant s’installe soutenu par une bonne rythmique et le duo de voix fonctionne là encore très bien. Les lyrics sont toujours aussi mortels et la diversité des mélodies contentent nos oreilles. Que ça fait du bien d’entendre du metal de cette qualité !

Continuer la lecture

Mezmerize/Hypnotize : le diptyique énervé de System of a Down. Part 1

En 2001, l’album « Toxicity » révèle au monde le groupe (12 millions de disques vendus dans le monde). Chose assez banale dans le business, leur maison de disques leur demande de sortir très vite un autre album pour éviter qu’on les oublie. Ils s’exécuteront mais à leur manière. Compilation de pistes rejetées sur leur 2 précédents albums (et légèrement retravaillés pour l’occasion), design original et sommaire (genre disque gravé) et titre provocateur : « Steal this album ». En 2003, ils arrêtent les tournées mondiales et planchent sur leur nouvel opus. Ce sera un diptyque avec sortie en 2 temps et qui va marquer une étape importante : résumé de leur carrière, explorations de nouveaux sons et engagement politique toujours plus fort contre le gouvernement (ce qui peut sembler démago vu d’içi mais courageux vu l’époque et le contexte, avec un président Bush alors très populaire). Place à la musique !

Continuer la lecture