Who are The Kills ?

Jamie Hince et Alison Mosshart, duo anglo-américain surgissant de la scène rock, sulfureux et magnétique, esthétique et érotique sont pour 4 dates en tournée en France. Demain mardi 8 mai, allons à leur rencontre à La Sirène, scène alternative et rock de Charente-Maritime, à La Rochelle. Merci.

Sur la route ensemble depuis dix ans – le 14 février 2002, date de leur premier concert tatouée sur la main d’Alison-, le duo est souvent comparé aux White Stripes, pour son rock garage à la frontière du punk et revendique ses influences auprès de PJ Harvey, The Velvet Undergroung ou Royal Trux.

Sur scène, ils ne sont que deux pour cette simple raison : Une unité singulière et puissante, jumeaux de coeur, leurs âmes chantent à l’unisson. Ils se suffisent à eux même.

Le premier album des Kills, Keep on Your Mean Side, enregistré à New York dans les mêmes studios que les White Stripes pose la première pierre d’ un son rock punk qui batifole avec le blues et le psychédélisme. Premier extrait :

The Kills – Wait (2003)

Image de prévisualisation YouTube

Peu d’interviews sont accordées par le groupe The Kills, qui préfère l’ambiance intimiste des petites salles de concert aux grandes messes industrielles.

Leur second album No Wow illustre leur désir de nihilisme et de dépouillement et tire l’ensemble de l’album vers des influences plus post punk que rock. Deuxième extrait, deux voix, deux souffles :

The Kills – The Good Ones (2005)

Image de prévisualisation YouTube

Trois ans plus tard, en 2008, l’album Midnight Boom voit le jour, avec plusieurs titres utilisés dans des BO :U.R.A. Fever dans la bande originale de la série télévisée Gossip Girl, mais aussi Hook and Line et Sour Cherry. On retrouvera à nouveau U.R.A. Fever sur la bande son des films The Loosers et Welcome to the Rileys.  Le second single, Cheap and Cheerful sera utilisé dans une publicité de parfum Fendi ainsi que dans un épisode de Dr House. Troisième extrait, Jamie Hince prend les commandes.

The Kills – U R A Fever (2008)

Image de prévisualisation YouTube

Bien qu’Alison soit engagée avec Jack White dans The Dead Weather, The Kills ne cesse de multiplier les expériences et les collaborations artistiques. Leur notoriété augmente, le halo mystérieux qui plane sur eux, leur connivence, leur intimité, leur jeux, y participent largement. Ils deviennent les icônes d’une génération rock-chic-choc et par la même occasion l’image de la marque Zadig et Voltaire. Un peu too much ? On pardonne face à la qualité du  quatrième album sorti en avril 2011, rugueux et mélodieux. Un beau pari gagné. Le groups The Kills s’autorise des fantaisies scéniques avec des choeurs. Alison donne plus de voix, ne craint plus les flashs et s’ébourriffe le poil capillaire.  Quatrième extrait, swingue :

The kills « Satellite » at Conan O’Brien

Image de prévisualisation YouTube

Rendez-vous mardi 8 mai, à La Sirène à La Rochelle.

En attendant bonne écoute sur Blog-zik, n’oubliez pas de prendre soin de vos oreilles et de rester libres, toujours !

Carol

2 commentaires Ajoutez les votres
  1. Super Concert, que certains ont trouvé décevants… peut être pas assez rock, ou trop glam, ou trop parfait, ou pas assez cash, ou trop bling bling ou que foutais les 4 robots derrière sur leur grosses caisses ? ..des trop et des pas assez j’en fait mon affaire et je dit encore bravo pour la voix de velours d’Alison et les riffs de Jamie…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Protected with IP Blacklist CloudIP Blacklist Cloud