Zoom sur un instrument méconnu, le gramophone

Vous n’avez jamais entendu parler du gramophone ? Cet appareil ancien permettant d’écouter de la musique est une invention qui a fait suite au phonographe imaginé par Thomas Edison. Ce procédé utilisant des techniques de reproduction mécanique du son sera lui-même remplacé par l’électrophone, la platine vinyle, le magnétophone puis le lecteur CD. Partez à la rencontre de l’histoire et du fonctionnement du gramophone, qui a marqué l’histoire du son.

L’histoire du gramophone

Comme nous pouvons le lire sur le site europarchive, il est nécessaire de revenir sur les origines du gramophone avant de comprendre son fonctionnement. Cet appareil a été inventé par l’allemand Émile Berliner, et breveté en 1887. L’ingénieur a débuté ses expériences par des gravures sur plaques de verre de diamètre important, puis a mis au point un procédé de gravure sur un disque en zinc de petite taille. Le gramophone était né. Sa commercialisation a entraîné la production de disques de zinc de 12.7, de 17.5, de 25 puis de 30 centimètres de diamètres en 1903. La fabrication des gramophones s’est arrêtée lors de l’avènement des microsillons et des 78 tours.

Quelle différence avec le phonographe ?

Comme le phonographe, le gramophone permet d’enregistrer le son. La différence marquante se situe au niveau du support d’enregistrement, le phonographe utilisant le cylindre tandis que le gramophone fonctionne sur la base d’un disque. Le disque représente une réelle avancée par rapport au cylindre. Il est en effet beaucoup plus facile à poser sur le plateau et bien plus pratique à ranger, pour un gain de place non négligeable.

Comment fonctionne un gramophone ?

Trois éléments essentiels constituent le gramophone : le plateau tournant sur lequel on dépose le disque, le bras tubulaire composé d’une tête de lecture et d’un diaphragme, et le dispositif d’amplification que l’on retrouve souvent sous forme de pavillon. La rotation et la reproduction du son sont mécaniques. La rotation s’effectue à l’aide d’un ressort et suite à l’actionnement d’une manivelle. La lecture se fait quant à elle grâce à l’aiguille de la tête de lecture suivant les sillons.

Les évolutions du gramophone

Le gramophone s’est perfectionné au fil du temps et a donc connu plusieurs transformations majeures. Le nombre de tours a notamment beaucoup évolué de 1904 à 1920, pour s’établir à 78 tours. La mallette portative ou phono-valise apparaît quant à elle avec la première guerre mondiale et connaît un essor important dans les années 1930. Elle propose un mode d’amplification acoustique innovant. À la fin des années 1920, le pick-up électrique envahit le marché parallèlement au développement du cinéma parlant. Il propose une sonorité de meilleure qualité et permet de restituer les basses. Très coûteux, il n’est disponible à un prix abordable qu’à partir des années 1930. En 1950, ce sont les électrophones qui supplantent les technologies antérieures, grâce aux microsillons.

Aujourd’hui, vous pouvez voir des gramophones dans de nombreux musées et salles d’exposition.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Protected with IP Blacklist CloudIP Blacklist Cloud