Alan Vega is not dead : « je t’adore baby »

En juillet dernier nous avons perdu une très grande figure de la musique : Alan Vega nous a quittés le 16 Juillet 2016 à New York et il serait bien d’en parler encore… un peu.

Considéré par beaucoup comme le précurseur du punk-rock Alan Vega et son compère Martin Rev ont formé le groupe légendaire « Suicide » à l’aube des années 1980.

Suicide propose une musique minimaliste, féroce, teintée de synthé électrique et de Rockabilly. La reverb’ et l’écho sont rois. En 1977 sort le fameux album blanc placardé d’une écriture crade rouge sang sur le label Red Star Music. Cet album est absolument indispensable dans toute bonne discothèque qui se respecte. L’acquérir en vinyl va de soi,  il existe une très belle réédition en édition limitée 180 gr. (RS 7001-1).

L’album n’a pas pris une ride, mieux, plus on l’écoute plus on l’aime ! « Je t’adore baby » chante Alan sur le morceau « Cheree ». Le son est minimaliste, dépravé, crade, et c’est pour cela que Suicide a été taxé de père du punk-rock. Mais il n’en est rien ! Alan Vega & Martin Rev ne sont pas les précurseurs du punk-rock. Ils ont simplement eu le génie créatif leur permettant d’inventer leur propre son, leur propre style, inutile de les « classifier » cela ne rentre dans aucune case et tant mieux. Les influences majeures d’Alan Vega sont Elvis et le Rock’n’Roll. Loin dupunk-rock…non ?

Image de prévisualisation YouTube

Suicide a révolutionné la musique par son côté agressif, puissant et leur style unique mélangeant synthétiseur et rock. A l’écoute du morceau lancinant « Frankie Teardrop » on se rend bien compte du son épuré branché à l’arrache sur un fuzz fatigué, les hurlements déjantés d’Alan Vega en fait un hymne rock quasi biblique. (Attention à haute dose ce morceau pourrait bien vous faire mal à la tête). A l’écoute du premier titre « Ghost Rider » la messe est dite Suicide est une véritable religion.

Quelques jours avant la mort d’Alan Vega je me suis procuré en vinyle le premier album solo d’Alan Vega (1980). Chaque titre est intéressant.« Jukebox Babe » ouvre le bal, le synthé a disparu. Il est remplacé par la guitare de Phil Hawk, l’univers Suicide n’est plus là, c’est un album de Rock’n’Roll / Rockabily. Seule la voix familière d’Alan Vega est très présente dans l’album. Sur certains titres, par exemple « Kung Food Cowboy » la musique semble presque au second plan. Je vous conseille cependant l’écoute en boucle du morceau « Ice Drummer », un régal !

Image de prévisualisation YouTube

En 81 sort l’excellent « Collison Drive » que je vous recommande vivement, pour les influences du rock des années 50 et 60 sur cet album. Un peu plus tard en 1983  sort « Saturn Strip » (sur le label Elektra) l’album est bien mais c’est le flop commercial absolu, il n’est pourtant pas si mal, mais le Vega des débuts lui colle sans doute trop à la peau. Il reviendra avec un album plutôt bien fait, agréable à écouter, entre rock et pop, « Just a Million Dreams », puis se brouillera sévèrement avec sa maison de disque. L’album est bien salué par la critique et c’est sans aucun doute son dernier album intéressant.

Image de prévisualisation YouTube

Le reste de la carrière d‘Alan Vega je la trouve pour ma part assez bordélique, punk pour le coup. Les albums sont nombreux mais moins bons. Il faut noter cependant qu’il a enregistré un album étonnant « Deuce Avenue » (avec sa compagne Liz Lamere) qu’il a produit entièrement avec un sampler, un album avant gardiste, avec un son très urbain.

Image de prévisualisation YouTube

Il se consacre sur la fin de sa vie à l’art, et devient plasticien, il tenait déjà une galerie d’art en plein Manhattan en 1970 où trainaient les New York Dolls, Patti Smith ou les Ramones (rien que ça).

En 2016, il sort son tout dernier album « Sniper » avant de nous quitter, avec Marc Hurtago aux instruments, un album brutal, un son industriel et puissant. A l’écoute de « Bang, Bang » on a bien envie d’écouter la suite, mais l’album s’essouffle gentiment, un peu trop répétitif…  La même année le chanteur français Christophe grand Fan d’Alan Vega, enregistre un morceau avec lui, sur son album « Les vestiges du chaos ». Le morceau se nomme « Tangerine ».

Le 16 Juillet 2016 Alan Vega meurt à New York à l’âge de 78 ans.

Mais Alan Vega n’est pas vraiment mort, son nom restera gravé dans l’histoire du rock et nous serons encore très nombreux à l’écouter, encore et encore. Peace! Je t’adore baby.

Image de prévisualisation YouTube

stef! pour blog-zik.com

Un commentaire Ajoutez les votres

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Protected with IP Blacklist CloudIP Blacklist Cloud