BO « SOUL KITCHEN » – rires et chansons –

Une fois n’est pas coutume, je vais marcher sur les plates bandes de notre spé. de BO de films. Par avance je lui présente mes plus sincères excuses mais devant un tel plaisir je ne peux que tenter de le partager.

Boogaloo Joe Jones – Brown Bag

Image de prévisualisation YouTube

Déjà le film, en tant que tel, vaut son pesant d’or. « Soul Kitchen », comédie, située dans l’underground d’Hambourg autour d’une bande de déglingués attachants, jonglent entre amitié, amour, illusions et désillusions, bref la vie. Un vrai bourre pif aux différents communautaristes et identitaires de tous bords qui essayent par les temps qui courent de nous séparer par des murs fictifs que l’on ne peut même pas taguer, les cons.

Bad Boy Boogiez – Moon Shayn

Image de prévisualisation YouTube

Le film est d’ailleurs récompensé par de nombreux prix (prix spécial du jury à la Mostra de Venise en 2009, en autre chose) tout en aillant son petit succès en Allemagne au niveau des entrées.

Pavlos Sidiropoulos – Ta blues tou paliokaravou

Image de prévisualisation YouTube

Tout le long du film, on baigne dans un environnement sonore et musical irrésistible qui nous balade vraiment dans tout les sens, du blues bien gras d’un autre monde au rap « germain » en passant par du funk ou du rock aux vertus rajeunissantes, le décalage vers le rouge de la raie musicale garantissant l’expansion du plaisir d’après le professeur « Einstein ».

Turtle Bay Country Club – Sisters Keepers Dub

Image de prévisualisation YouTube

Icônes du passé ou agréables découvertes, il n’y a pas grand-chose à jeter en fin de compte de ce double CD ou DVD, c’est selon.

broke but busy – gang und gaebe

Image de prévisualisation YouTube

Alors un bon conseil, laissez vous aller dans votre canap., couchez les marmots et à fond le film, d’abord pour une première pression à froid, puis, pump up le volume pour la BO « especial, cinco estrellas ».

Soul Kitchen – The Doors

Image de prévisualisation YouTube

La référence à la chanson des « Doors » de 1967 n’est bien entendu qu’un malencontreux hasard croisé avec un terrifiant malentendu.

C’est un « Hambourg » de langage certainement de la part de l’auteur comme me le souffle ce facétieux « Zorgy »!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Protected with IP Blacklist CloudIP Blacklist Cloud