BO de « Scott Pilgrim vs the world » : le son du geek !

Mal distribué et vendu l’hiver dernier en France, voiçi sans nul doute le meilleur film de geek faits ces dernières années. Un film sur des geeks, fait par un vrai geek (l’excellent réal Edgar Wright s’en charge) et pour des geeks. Bon, du coup, ça sectarise un peu mais au moins, ça donne un film inventif, plein de punch, rafraichissant et qui procure un plaisir continu longtemps après sa vision. Et bien sûr, pour un film pareil, il faut une BO bien foutue. En prenant Beck pour s’occuper de la partition originale, déjà, ça partait bien. Mais le tout s’efface derrière la qualité de la track-list.

Image de prévisualisation YouTubeEt on ouvre direct avec la chanson phare du groupe fictif de Scott Pilgrim : Sex bob-bomb. Cette dernière accompagne l’excellent et ahurissant générique du film et c’est du bon rock, avec un son un peu crade (normal pour un groupe d’ados). Furieux, speed, enlevé, bordélique bref, on valide. Le girl-band Plumtree (Pilgrim porte un T-shirt à leur effigie dans une scène du film) enchaîne avec une chanson hommage qui sonne un peu folk. Ballade sympa, « I heard Ramona sing » de Franck Black lui succède. Puis c’est « By your side » de Beachwood Sparks, chanson aérienne fort agréable.  Pas de temps mort avec le très punk « O Katrina » de Black Lips, qui sonne comme les standards anglais des sixties. Suivent 2 pistes très courtes dûes au groupe fictif Crash and the boys, rivaux des Sex Bob-bombs. Retour à la ballade avec « Teenage dream » de T-Rex et « Sleazy bed track » de The Bluetones. Un peu de douceur avant la bombe punk de la galette : « It’s getting boring by the sea » de Blood red shoes : riff démentiel, énergie communicative, ryhtme soutenu bref, on prend un pied incroyable.

Image de prévisualisation YouTube

Après ça, on a droit à un titre là encore bien sympathique (mais bien plus calme) de Metric mais qui reste assez rock et intéressante. Les Broken Social Scene enchaînent avec « Anthems for a Seventeen-Year-Old Girl« , petite ballade folk. Il faut aussi mettre un peu de rock légendaire et ce sera « Under my thumb« , des injustement méconnus Rolling stones. Le reste de la BO est tout entier réservé à Beck qui se fait plaisir avec ses compos persos mais elles apparaissent assez redondantes et trop simples par rapport au reste : une cession accoustique sur « Ramona » (nom de la fille convoitée par Pilgrim et qui constitue l’unique texte de la chanson). A signaler tout de même la très fun reprise du thème « Threshold » en mode 8bit, qui donne le ton du film.

Image de prévisualisation YouTube

La musique des groupes inventés par Bryan Lee O’Malley (l’auteur du comic-book original) est tout aussi présente avec 3 autres pistes de Sex Bob-bombs, toutes composées par Beck et qui sonnent toutes comme celle de l’intro. Classique certes mais terriblement efficace. Le rock et la musique en générale n’est pas qu’un gadget mais un vrai élément de l’intrigue puisqu’elle donne tout son charme au héros qui, dès qu’il joue de sa guitare, devient un autre homme et elle sera au coeur de l’un des combats à mort entre Scott et un des ex maléfiques de Ramona (un duo de jumeaux DJ japonais). Au final, une petite perle du genre, entraînante, pétaradante, bien équilibrée et toujours juste. Pour les fans du film (indispensable) et les amateurs de BO bien rock, remplies de petites perles méconnues.

Image de prévisualisation YouTube
2 commentaires Ajoutez les votres

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Protected with IP Blacklist CloudIP Blacklist Cloud