« Cannonball » ADDERLEY QUINTET- Live at ‘The Club’

Le 1er extrait de ce disque, je l’ai découvert suspendu aux lèvres des speakerines de « FIP », durant mes longues nuits de révision à la fac, quasi seule radio à passer de la zique potable à l’époque (siècle dernier). Hélas, dés les premières mesures, vous êtes pris par le groove et l’ambiance spontanée de ce live, alors, détournant lâchement votre stylo de sa fonction originelle, en le pervertissant en un instrument rythmique dans un solo de batterie endiablé, la tête totalement absorbée par les mouvements  d’avant/arrière impossible à contrôler jusqu’à la fin de l’extrait puis se finissant sur une voix féminine suave « fip vous propose une soirée manouche au caveau … », et là, l’air troglodyte, vous vous dites : qu’est ce que c’est que ce morceau de fou ?

Cannonball Adderley Quintet « Mercy Mercy Mercy »

Image de prévisualisation YouTube

Merci Fredo pour ce témoignage, mais qui est ce « cannonball » ? On se croirait presque sur M6.

Julian Edwin « cannonball » Adderley (née le 15/09/28 à Tampa, Floride et décède le 8/08/75) est un des grands saxophonistes de jazz des années 50/60 principalement de NYC ou il traina ses guêtres quelque temps. (Ne pas confondre avec son frère « Nat Adderlay « trompettiste de renommé mondiale également ).

L’histoire de ce « live » qui date de 1966 et qui est devenue aujourd’hui une des références en terme de performance scénique et artistique, est très intéressante, il s’agit en fait d’un accident sonore.

Cannonball Adderley « Games (Live) »

Image de prévisualisation YouTube

La soirée précédent le show organisée au « Capitol Studio » à Los Angeles (et non  «  at the club » à Chicago, petite entorse sur la vérité pour aider un copain proprio à l’époque de cet établissement), donc la veille, le groupe fait venir une bande de copains et tape le bœuf.

La soirée gratuite, y compris les boissons d’après des mauvaises langues, montent très vite en ambiance devant les prouesses rythmiques, soul-jazzy goovesque de ces magiciens de l’impro.

Cannonball Adderley Quintet « Sticks (live) »

Image de prévisualisation YouTube

Il faut dire qu’avec « Cannonball », on retrouve quelques pointures, un « joe Zawinul » des grands soirs qui chantent, avec son « Fender Rhodes » possédé  et endiablé par du gospel funkysant, qui, on peut l’entendre encore, résiste au temps qui passe. On retrouve aussi « Nat » son frère au Cornet aussi inspiré que les autres, à la basse « Vic Gatsky » et à la batterie le terrible « Roy Mc Curdy » qui d’ailleurs me doit un stylo BIC.

Cannonball Adderley 06 Sack O’ Woe

Image de prévisualisation YouTube

C’est donc la bande son de cette soirée improvisée, simple répétition, qui est à l’origine de ce disque, gravée à jamais pour le plaisir de tous.

A mort la planification !

Imprévus, imprevurae, imprevurorum !

Un commentaire Ajoutez les votres
  1. COOL……… mais je ne me laisserai pas détourner de ma plume moi !!!!
    Merci pour ce revival jazzy groovy funky … ça me rappelle le Diable ou Duc des Lombards, le Sunset de quand j’avais 18 ans !!! Pianiste serré au fond du bouge (à l’époque) et saxo dansant sur le bar, et moi minette ne réalisant pas la chance que j’avais devant ces ARTISTES.

    Cool again !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Protected with IP Blacklist CloudIP Blacklist Cloud