DRUGS

“A prescription for Mis America”

A plus d’un titre, cet album est unique. D’abord parce que c’est le seul de ce groupe, bon c’est facile jusque là, ensuite parce qu’il est devenu le disque de référence de la soul psychédélique, c’est-à-dire un savant mixage de funk jazzy matinée de blues sous influence psyché.

DRUGS – Jealousy

Image de prévisualisation YouTube

Comment a-t-on pu faire un tel album en 2002 et avoir un résultat à l’ancienne qui sonne comme dans les années 70. On se le demande ?

DRUGS – Strung Out

Image de prévisualisation YouTube

Peut être une partie de l’explication vient de la compo du groupe, en majorité en provenance de groupes  comme P-Funk, Funkadelic ou Parliament avec Gary « Starchild » Shider (chant, guitare), Clip Payne (chant, synthé) et Lige Curry (basse) ou encore Joey Epard guitariste pour Lenny Kravitz sur son 1er album.

Drugs – Strangest Life

Image de prévisualisation YouTube

En tout cas, cette médecine prends à merveille les tripes quelque soit votre horizon musical, tout le monde trouve son compte et pour les plus anciens une vrai cure de jouvence sonore.

DRUGS – Breathe

Image de prévisualisation YouTube

Entre les voix lancinantes et rocailleux limite gospel, la section rythmique qui se balade entre rythme syncopé et nonchalant, les guitares qui se posent, précieuses et légères, le tout décoré délicatement par les sons planants du clavier, on ne peut que vouloir partager des moments comme cela.

DRUGS. – I Wonder If

Image de prévisualisation YouTube

Qu’on se le dise, surtout le vendredi.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Protected with IP Blacklist CloudIP Blacklist Cloud