L’album d’une révolution : Faith No More « Angel Dust »

C’est en 1992 que sort « Angel Dust« , le 4ème album studio du groupe de métal californien Faith No More. Le style du groupe, c’est un mélange de rap, de funk et de métal. Le précédent album, « The Real Thing« , avait vu l’arrivée du chanteur Mike Patton, qui révolutionna la base du groupe et lui donnant son orientation définitive : des lignes de basses assez lourde, des paroles rappées ou bien des refrains nerveux, une guitare assez lourde et des expérimentations sonores. Le succès du précédent album leur permit d’avoir les coudées franches pour cet opus et il s’écoula 3 ans entre « The Real Thing » et cet « Angel Dust », qui sera lui aussi un hit international.

On commence donc avec un « Land of Sunshine » dans la lignée de l’album précédent : grosse ligne de basse, ton ironique et guitare en fond qui funke. Puis c’est au tour de « Caffeine« , morceau plus métal, voix plus lourde, riff qui envoie. Le disque alterne les morceaux de cette façon, nous vrillant les oreilles avant d’envoyer une mélodie plus douce ou de surprendre avec des sons inédits. Le 3ème morceau, « Midlife crisis » détend un peu le tout, morceau fun et qui fait office de 1er single.

Image de prévisualisation YouTube
Visionner le Clip \ »Midlife crisis\ », réalisé par Kevin Kerslake (you tube)

Dès le morceau suivant, « R.V« , on est pris de cours. Petite mélodie au piano, voix grave posée avant une petite montée en puissance qui rappelle l’excellentissime « Zombie eaters » de l’album précédent. Un morceau qui tranche avec le reste de l’album et qui nous fait patienter avant « Smaller and smaller » et « Everything’s ruined« , morceau assez métal. « Malpractice » et son refrain violent, « Kindergarten » et son riff démentiel, « Be agressive » et son ouverture à l’orgue tout comme son refrain au message sans équivoque chanté par un coeur de demoiselles, le groupe ose tout et emporte l’adhésion de son auditeur.

Encore une fois, le groupe fait montre de toute sa science du rythme en enchaînant avec un morceau plus calme, « A small victory » avant de nous pondre un gros morceau de fun métal grâce à « Crack Hitler« . Mais c’est surtout le morceau suivant, « Jizzlobber » qui m’a marqué. Somme de toutes les tendances de l’album avec son break très lourd, une voix puissante, un final tout en orgue très baroque, bref, c’est monumental et ça s’écoute ne boucle. L’album se finit sur 2 morceaux plus calme, « Midnight Cowboy » (ré-enregistrement d’un morceau de la BO du célèbre film de John Schlesinger) et le slow « Easy« .

Au final, cet opus s’impose comme un monument de la musique, une référence indéniable dans le monde du métal et un vrai chef d’oeuvre que l’on peut écouter en boucle sans problème, tellement il est riche de sons et de découvertes. Et il n’a pas pris une ride, alors…

Ecoutez « Angel Dust » de Faith No More (Deezer)

Un commentaire Ajoutez les votres

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Protected with IP Blacklist CloudIP Blacklist Cloud