Gil Scott-Heron : le concert que j’ai bien fait de ne pas rater

Gil Scott-Heron, après des temps assez troublés et quelques passages en prison, était revenu avec un album inattendu : « I’m New Here ». Le titre de l’album était assez parlant, il annonçait ce que plus personne n’attendait : « je suis de retour, je suis à nouveau là. »

Une première vague de concerts étaient prévus en 2009 à Paris, mais il n’avait pas pu quitter le territoire américain. J’avais fait le déplacement à Paris pour l’occasion et quelle déception quand j’ai entendu à la Radio que son concert était annulé…Il avait donc du annuler 3 dates au New Morning. Les fans de tous les horizons étaient extrêmement déçus, d’autant qu’il n’était pas venu en France depuis 10 ans !En 2010, deux concerts sont annoncés au New Morning un premier à 19h, et un deuxième à 21 h. J’ai donc acheté mes billets pour le 2e set, très vite avant que les deux concerts ne soient sold-out.

Devant le New Morning, il y avait foule. Je faisais la queue sous la pluie, alors que les gens qui avaient assisté au 1er set nous jetaient des « il est là ! » (ouf !), « c’était génial » « c’est un grand », « ne loupez pas ça ». Il est clair que je n’aurais loupé ça pour rien au monde !

Lorsque la salle feutrée du New Morning s’est éteinte, Gil Scott-Heron est rentré sur la scène avec son squelette de vieillard, et un immense sourire jusqu’aux oreilles. Le public debout l’a applaudit pendant au moins 10 minutes, non-stop, c’était très émouvant !
Les gens étaient tellement heureux de le voir, que les applaudissement n’ont pas cessé pendant un bon moment. C’est presque ce que j’ai trouvé le plus beau dans ce concert, la joie du public qui ne pouvait plus s’arrêter de l’applaudir. Avec un air de dire « enfin tu es là, devant nous en chair et en os ». Il a ensuite commencé a plaisanter, en expliquant que ceux qui pensaient qu’il ne serait pas là, ont perdu ! et que ceux qui pensaient qu’il serait en retard, peuvent se mettre un doigt dans l’œil. Il était bel et bien de retour.

Il a commencé à jouer seul au piano Fender Rhodes et les premières notes sorties de son clavier ont mis tout le monde d’accord. Le Fender Rhodes a un son tellement particulier, tellement pur, l’instant était magique. Son groupe le Midnight band l’a ensuite rejoint.
Certes, la voix du Grand Gil Scott-Heron n’était plus ce qu’elle était, certes le groove de l’album « it’s your world » était loin. Mais c’était tellement bon de le voir, de l’entendre…en live pour la dernière fois…Gil Scott-Heron est mort depuis et ce concert restera pour moi et comme pour beaucoup d’entre nous, gravé à jamais dans nos mémoires. C’est le genre de concert ou on peut être fier de dire « j’y étais ! ».

Gil Scott-Heron tu nous manques !
Visitez mon site consacré à Gil Scott-Heron.

Voir quelques extraits du concert au New Morning.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Protected with IP Blacklist CloudIP Blacklist Cloud