« Immigrant song » remixé par Trent Reznor : sombre et glauque.

Après avoir décroché un Oscar pour sa formidable BO du film « The social network » de David Fincher, c’est tout naturellement que ce dernier a poursuivi sa collaboration avec le duo Reznor/Ross pour son film suivant, la nouvelle adaptation du roman « Millénium – Les hommes qui n’aimaient pas les femmes » (rappelons aussi que Fincher avait utilisé un titre de NIN pour le générique d’ouverture de « Seven« ). Une ambiance plus propice à l’épanouissement de l’univers musical du binôme donc. Alors que les fans de la saga et du réalisateur trépignent d’impatience, le teaser débarque enfin accompagné d’une affiche des plus osée. Et pour accompagner les images du film, on a droit à une reprise du mythique « Immigrant song » de Led Zeppelin (dit aussi générique de « 50 min inside » pour les incultes. Au secours !). La toile s’enflamme, la chanson déboîte et la BA tourne en boucle sur mon PC. Vivement 2012 !

Image de prévisualisation YouTubePour assurer vocalement, Trent Reznor a choisi une voix féminine plutôt que la sienne en la personne de Karen O, chanteuse du groupe Yeah Yeah Yeahs. Il a ensuite rajouté son habituel lot de triturations sonores et conservé le rythme trépidant du titre. L’ambiance générale est donc plus sombre, torturée, viscéralement tordue bref, la reprise convainc la plupart des fans du leader de NIN. On peut toutefois se demander si ce dernier n’est pas devenu une machine à remixé après son précédent avec « In the hall of the Mountain King« . Cette reprise est la 1ère piste d’un triple album de presque 3 heures (quand le film dure 2h38) et dans lequel Fincher a largement pioché pour son montage final. Reznor et Ross ont donc concocté une ribambelle de sons d’ambiance qui reprennent quelques sonorités de leur BO précédente. Sauf que si avant cela avait permis de surprendre le public, le tout s’avère içi plus en adéquation avec les images et participe à rendre captivantes les images de Fincher.

La chanson sert aussi d’illustration sonore au générique de l’année !

Image de prévisualisation YouTube

Au final donc, on peut trouver que le remix du chef d’oeuvre de Led Zep’ est plus un cache-misère d’un compositeur de génie qui se répète beaucoup mais qui est encore capable de surprendre son monde par des éclairs ou des expérimentations (qui sont assez nombreux sur la BO, disponible en téléchargement payant sur le site dédié) et qu’il n’a d’équivalent pour imposer un univers sombre, glauque et inquiétant. Cette année, la BO de Reznor et Ross n’a reçu aucune nomination aux Oscars, à l’image d’une sélection très conformiste et décidée à sacrer coûte que coûte le film « The artist » Mais on peut aussi y voir l’envie d’Hollywood de conserver la suprématie des compositeur dits « classique » sur ceux venu d’autres univers (Clint Mansell, pour « Drive« , est également absent). Mais là, il s’agit d’un autre débat.

Image de prévisualisation YouTube
La sublime affiche "hot" du film.
Un commentaire Ajoutez les votres

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Protected with IP Blacklist CloudIP Blacklist Cloud