« Inception » d’Hans Zimmer : quand Piaf s’incruste dans un blockbuster.

Visiblement satisfait de leur collaboration sur la saga « Batman » nouvelle génération (en binôme avec James Newton Howard), Christopher Nolan fait appel à Hans Zimmer pour composer la bande son de son film de SF « Inception« . Il va faire de la musique du film une composante essentielle, s’impliquant jusqu’à produire cette dernière.

Image de prévisualisation YouTube

Hans Zimmer va se plonger dans la lecture du livre « Gödel, Escher, Bach » de Douglas R. Hofstadter afin de trouver un mix entre mathématiques et musique. De plus, Christopher Nolan fait tout pour le mettre dans les meilleures dispositions pour qu’il laisse le champ libre à son imagination et Hans Zimmer a l’idée géniale d’incorporer au thème général un sample de « Non, je ne regrette rien » qu’il ralentit et ré-orchestre. Il fait également venir le guitariste Johnny Marr (musicien anglais membre du groupe The Smiths) et au niveau des instruments, il s’appuie sur le tuba, un cor d’harmonie et un tapis de violons le tout agrémenté d’une pincée d’électro. Le mélange est détonnant.

Image de prévisualisation YouTube

Les pistes s’enchaînent à un rythme infernal, laissant peu de respirations au niveau du tempo, multipliant les crescendo de violons qui se terminent en apothéose de tubas et de cors d’harmonie aux sons très lourd, saupoudrant de quelques mélodies plus délicates avant d’enchaîner avec des morceaux très originaux, surtout au sein d’un blockbuster. La BO est d’ailleurs de ce point de vue à l’image du film : faite pour plaire au grand public tout en tentant des choses, en l’amenant sur de nouveaux terrains de perception et en stimulant ses sens.

Image de prévisualisation YouTube

Un équilibre fragile atteint grâce à une maîtrise parfaite du rythme, des mélodies parfaitement orchestrées et une envie constante de surprendre. On peut écouter l’album sans fin, on découvre de nouveaux sons à chaque écoute et le génie mélodique d’Hans Zimmer, qu’on n’avait pas connu aussi inspiré depuis bien trop longtemps, lui l’habitué des blockbusters qui nous a déjà tant donné (« Thelma et Louise« , « Le Roi Lion« , « La ligne rouge« , « Gladiator« , « Sherlock Holmes« ), se fait plaisir et ça se sent à chaque seconde.

Image de prévisualisation YouTube

Cette BO fait partie de mon top 3 de 2010 (avec « Shutter Island » et « The Social Network« , « Kick-Ass » se distinguant plus par sa brillante sélection de titres pop et rock bien fun) et elle restera longtemps ancrée dans mes tympans. Depuis, la BO a été nommée aux Oscars (s’inclinant devant celle de « The social network« ), elle a illustré des centaines de reportages TV et le cor d’harmonie s’est invitée dans de nombreuses BO de 2011.

Image de prévisualisation YouTube

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Protected with IP Blacklist CloudIP Blacklist Cloud