J’étais au concert de The Who le 3 juillet 2013 à Bercy !!!

A l’occasion de leur venue à Paris pour leur tournée 2013, j’ai donc assisté au concert des mythique The Who pour la reprise de leur légendaire album opéra-rock « Quadrophenia » (plus quelques autres titres). Et pour le coup, j’ai pris une claque old school avec un show millimétré mais aussi furieux, virtuose, rythmé et d’une tranquille assurance.

La 1ère partie était assurée par le groupe Vintage Trouble (une découverte dont je reparlerais sans doute) et ils ont assuré pour chauffer la salle en 30 minutes, le temps d’un set calibré et endiablé. Et si le public de la fosse est resté majoritairement assis pour l’occasion, il se lèvera direct pour l’entrée des vedettes pour ne plus se rasseoir pendant 2h15.

Image de prévisualisation YouTube

Le groupe va donc jouer l’album dans l’ordre pendant 1h45, enchaînant les titres à un rythme dingue pour des « vieux » mais en lâchant un solo en moulinet au bout de 2 minutes pour Pete Townshend et en balançant son micro comme un possédé pour Roger Daltrey. Ils ont bon répété un show bien rodé, ils ne sont pas non plus là en pré-retraite. Aux fûts, Zak Starkey, le fils de Ringo Starr et filleul de Keith Moon, assure comme une bête tandis que Simon Townshend épaule son frère à la 6 cordes (et au chant) avec efficacité et virtuosité. Le vieux Pete nous plante quelques solos de dingues et Daltrey est juste monstrueux de puissance tandis que le son vous décolle les tympans.

Le show compte quelques moments de grâce comme quand John Entwistle intervient sur l’écran pour un solo de basse mythique ou que Daltrey chante en duo avec Keith Moon, toujours grâce aux images d’archives sur l’écran géant. En fond d’ailleurs sur l’écran est diffusé un montage d’images d’archives retraçant 60 ans de l’histoire anglo-saxonne (aussi bien musicale que politique) ou bien des images d’archives des membres du groupe (photos ou vidéos).

Image de prévisualisation YouTube

A la fin de ce show d’une densité et d’une puissance rare, le groupe se pose quelques instants avant d’enchaîner avec quelques titres plus connus comme « Who are you« , « Pinball wizard« , « Won’t get fooled again » et « Baba O’Riley » (et un solo d’harmonica dantesque by Daltrey himself) qui finiront de réchauffer un public en fusion. Et de finir à 2 sur scène pour une ballade apaisante.

Image de prévisualisation YouTube

Au final, un concert monumental, une leçon de professionnalisme et de puissance sonore, avec un jeu scénique moins « fracassant » mais toujours aussi virtuose, rock et intemporel. Un pur plaisir, une leçon totale.

3 commentaires Ajoutez les votres
  1. Beau commentaire dont je partage les jugements. J’y étais aussi et ai apprécié chaque instant. C’est le genre de soirée dont on ressort sur un petit nuage.
    J’ai vu pour la première fois Les Who en Août 1970 à l’Île de Wight et je n’aurais jamais imaginé les revoir 43 ans après avec une telle pêche.
    Un seul détail me trouble. Nous n’avons pas vu les mêmes musiciens : Zak Starkey ( flis de Ringo qui officiait également dans Oasis avant leur séparation) a du quitter il y a deux mois la tournée aux Etats Unis pour des problèmes de santé (tendons) et il n’était pas derrière les futs le 3 Juillet durant la partie européenne de la tournée. Il a Il a été remplacé par Scott Devours., le batteur qui accompagnait Roger Daltrey durant sa tournée Tommy de l’année dernière durant laquelle il avait fait un superbe concert à l’Olympia avec Simon Townshend à la Guitare.
    En dehors de ce détail bravo pour l’article.

    .

    1. Merci pour cette précision François.

      J’imagine mal votre émotion mais je l’envie vu que pour moi, c’était un baptême et que je n’ai pas connu leur âge d’or. Surtout que le concert de l’île de Wight est une référence (damné chanceux !!). Mais oui, j’ai été surpris par leur pêche, leur envie, leur passion, leur virtuosité malgré les années et les coups durs.

  2. Beau commentaire dont je partage les jugements. J’y étais aussi et ai apprécié chaque instant. C’est le genre de soirée dont on ressort sur un petit nuage.
    J.ai vu pour la première fois Les Who en Août 1970 à l’Île de Wight et je n’aurais jamais imaginé les revoir 43 ans après avec une telle pêche.
    Un seul détail me trouble. Nous n’avons pas vu les mêmes musiciens : Zak Starkey ( flis de Ringo qui officiait également dans Oasis avant leur séparation) a du quitter il y a deux mois la tournée aux Etats Unis pour des problèmes de santé (tendons) et il n’était pas derrière les futs le 3 Juillet durant la partie européenne de la tournée. Il a Il a été remplacé par Scott Devours., le batteur qui accompagnait Roger Daltrey durant sa tournée Tommy de l’année dernière durant laquelle il avait fait un superbe concert à l’Olympia avec Simon Townshend à la Guitare.
    En dehors de ce détail bravo pour l’article.

    .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Protected with IP Blacklist CloudIP Blacklist Cloud