John Coltrane

A love supreme

Faire un sujet, sur un grand jazzman comme Coltrane, dur dur !
John Coltrane !
Mon héros !

Le chantier est tellement énorme que nous vous proposons de découvrir 1 album, un seul, assez connu et très accessible pour tous.
« A love supreme »

Cet album est un pur chef d’oeuvre, peut être l’un des plus beaux disques qu’il m’est arrivé de toucher ! « A Love Supreme » est souvent considéré comme l’un des disques de jazz les plus importants du XXeme siècle.

A chaque écoute les frissons montent, c’est tellement magistral, efficace, sans faille, d’une telle beauté ! Cette voix nous trotte dans la tête pendant des heures après l’écoute : « A love supreme, A love supreme, A love supreme, A love supreme… »

John Coltrane - A love supreme

Jonh Coltrane, au tenor sax ; McCoy Tyner, au Piano ; Jimmy Garrison, à la contrebasse ; Elvin Jones, à la batterie, le quartet en or, j’ai presque tout dit déjà !
Les 4 pointures du jazz, ces 4 monstres sacrés ont enregistré cet album en 1966 au studio Englewood cliffs en Décembre 1964, sous la direction du brillant producteur de jazz Bob Thiele, sur le label Impulse! Records.
(Bob Thiele pour info est le créateur du label Flying Dutchman Productions, il a produit pas moins de 100 albums de Jazz : Charles Mingus, Archie Shepp, Pharoah Sanders, Coleman Hawkins, Gil Scott Heron, Lonnie Liston Smith…rien que ça !)

Cet album est composé de 4 parties d’une beauté jamais inégalée :
« Acknowledgement », magnifique, entre freejazz et legereté, avec cet entetant « A love supreme » en fin de morceau. Une autre version de « Acknowledgement » a été enregistré avec le saxophoniste tenor Archie Shepp et le bassiste Art Davis, l’unique version « live » de A Love Supreme, enregistrée à Antibes en 1965, a été publiée par Impulse! Records avec l’album original, disponible sur la version « DeLuxe » resortit en 2002.

La deuxième partie est « resolution », la troisième « Pursuance » et la 4e et dernière partie musicale est une narration du thème « A love supreme » et ce nomme « Psalm ».
Cet album marque le tournant spirituel, presque mystique, de Coltrane, à un moment de sa vie de lutte contre des problèmes personnels.

Dans le livret du CD nous pouvons lire ces mots « All praise be to god to whom all praise is due » C’est une ode à sa foi et à Dieu, ou plus précisément aux dieux des différentes religions. Les éléments de liberté harmonique de cet album, l’atonalité en particulier, sont précurseurs des changements à venir dans la musique de Coltrane et du free-jazz dans son ensemble.

Vous l’aurez compris c’est LE disque à emporter sur une île déserte.

Ecoutez A love supreme sur Deezer
(ou mieux achetez le !)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Protected with IP Blacklist CloudIP Blacklist Cloud