Klaus Schulze

klaus schulze
Klaus Schulze Live en 1973 - © DR

Klaus Schulze est un des pères fondateurs de la musique électronique contemporaine.

Né à Berlin le 4  août 1947, Schulze a commencé sa carrière dans les années 1960, jouant de la guitare, de la basse et des drums dans de nombreux  groupes locaux. En 1969, il rejoint le célèbre groupe TANGERINE DREAM. Mais  quelle que soit la forme du groupe qu’il intègre,  il se sent toujours étouffer. Pour y remédier,  il entame une carrière solo en 1971 lui permettant d’aller au bout de ses propres idées musicales.

Klaus Schulze – Timewind

Image de prévisualisation YouTube

Timewind (1975) est considéré par beaucoup comme son chef-d’œuvre mais je lui préfère personnellement « Floating » où l’on se sent en apesanteur hypnotique tout le long du morceau .

Klaus Schulze Floating

Image de prévisualisation YouTube

En 1976, avec l’aide de Stomu Yamash’ta, il revient avec pléthores de nouveaux matériels et de machineries bizarres qu’il fabrique et assemble lui même. Ce « géotrouvetout de l’electro » se laisse aller aussi au cinéma avec Dune (cultissime, SF de Franck Herbert) en 77 au côté de David Lynch et même quelques sorties exotiques (porno) avec « Body love ».

KLAUS SCHULZE – PAIN (edit)

Image de prévisualisation YouTube

Cette période est particulièrement prolifique et fertile, ce jusqu’aux années 80. Il sera à l’origine de nombreuses influences électroniques y compris le new âge à la mode à l’époque (comme Kitaro) ou même la « dance machine » avec ses techniques avangardiste de sampling dans les années 90. Il s’immergera aussi dans la musique pour la danse contemporaine avec Pete Namlook (dark side of the moog) .

Klaus Schulze – There’s no mystery

Image de prévisualisation YouTube

En 2005 il collabore avec « Dead can dance » puis sort son dernier album en 2008 « Kontinuum ». Bref, en ces temps de langueurs estivales, laissez-vous guider dans ce monde de bits musicaux, un univers hallucinant sous le contrôle d’un des plus grands novateurs de ces dernières années.

Klaus Schulze. Groove ‘n’ Bass to Power of Moog.

Image de prévisualisation YouTube

Je peux enfin révéler un secret de famille maintenant, en l’absence de Zorg le robot qui part en vacance à Pinsaguel (zone franche, raccordée au réseau il y a peu) tout en faisant croire avec des montages photos qu’il est aux Bahamas

Klaus Schulze Live WDR Köln 1977

Image de prévisualisation YouTube

Zorgy, Klaus est ton oncle ! Bad bit in the deep trip

2 commentaires Ajoutez les votres

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Protected with IP Blacklist CloudIP Blacklist Cloud