Lanie Lane, ou la magie d’une découverte…

Lanie Lane - © D.R

Par le plus grand des hasards, j’ai découvert une chanteuse.
Par le plus grand des hasards, pas tout à fait, un ami a posté sur mon mur facebook un clip, avec ce commentaire « Découvert sur Radio Nova ce soir, ça le fait non? »

Image de prévisualisation YouTube

Carrément.

Le clip et la chanson m’ont carrément séduite.
Une chanteuse frêle, au teint diaphane, chante langoureusement une ballade en mode Far West, et son « Oh well, thats what you get falling in love with a cow boy » me poursuit depuis trois jours.

J’ai aussitôt fait des recherches sur cette artiste dont je n’avais jamais entendu parler.
Lanie Lane est australienne, elle fait dans le rockabilly blues, et vient de sortir un album autoproduit, enregistré à Sidney intitulé « To the Horses ». De quoi me plaire, oh yeah!
Album enregistré à l’ancienne, avec les musiciens jouant ensemble, prises lives, en quatre jours, nous apprend le site officiel qui annonce d’emblée : « 11 titres rock, rockabilly et blues, qui parlent d’histoires fantastiques, d’amour, de cœurs brisés et de l’importance d’une bonne guitare ».

Image de prévisualisation YouTube

Que n’en demandais-je davantage…
Et bien voilà, la magie a opéré de nouveau, me voilà en train de parcourir tous les sites qui peuvent nourrir cette boulimie soudaine, cette appétence qui ne s’assouvira que des écoutes enchainées de tous ce que je vais pouvoir trouver avec ce mot clé « Lanie Lane ».
Lanie Lane is in my ears, and in my eyes.

Image de prévisualisation YouTube

Taken from Lanie’s very first vinyl offering, the ‘Ain’t Hungry’ / ‘My Man’ single which is out now on Third Man Records. Produced by Jack White.
(c’est déjà un sésame en soit, ndrl)

Le look incroyablement 50’s de la jeune femme me fait pâlir d’envie, mais j’écoute, je cherche puis je tombe sur Bang Bang descente de contrebasse comme tant de titres qui m’ont fait vibrer, ça y est, je retrouve mes plus jeunes années, le Rockabilly ayant presque été un sacerdoce en ce qui me concerne… avec Brian Setzer érigé comme dieu de cette dévotion.

Je clique sur le lien suivant Betty Baby, petit tube à lui tout seul, voix fluette, gimmick intemporel me fait swinguer sur mon fauteuil. Rapide coup d’œil dans le miroir « hum, je dois raccourcir cette vilaine frange, et retoucher mon eye-liner… »
To the Horses a l’air de venir de si loin dans le temps que je tente, intrigante, de chercher le nom de l’interprète originel. Pas moyen, c’est toujours Lanie Lane.

Lanie Lane - © D.R

Les découvertes se font plus étonnantes les unes que les autres : elle chante en invitée avec pas mal de monde, entre autre avec Idea Idea groupe électro, dont le morceaux pourrait être la bande son du second Voyage de Chihiro.

Le nombre de captations « home made » avec web cam où l’on voit Lanie chanter avec sa guitare chez elle, dans un parc ou sur une toute petite scène me font penser qu’elle est toute jeune, pour utiliser ainsi les moyens modernes de diffusion, et à la fois vachement déterminée à en découdre.
Si tous ces titres – hors album- sont d’elle, cette artiste est prolifique, et on n’a pas fini de l’écouter.
Toutefois, elle se distingue singulièrement de la vague actuelle néo rockabilly qui immerge la Grande Bretagne, je veux parler de Hill Billy Moon Explosion ou de ces bizzareries « back from the psycho graveyard »…

Lanie, elle a un timbre, un style et un son bien à elle. Son duo avec Clare Bowditch, chanteuse folk populairissime en Australie est une petite liqueur sucrée.

Du reste, les chansons de l’album que j’ai écouté sont un bonheur pur jus, the Devil’s shake ou what do i do
Je vous conseille donc vivement autant qu’à moi « To the Horses » de Lanie Lane. Puis, nous nous languirons ensemble de ne pouvoir filer au « Brian Setzer’s Rockabilly Riot, tournée en Australie 2012 » avec ce bon vieux Slim Jim Phantom…

info, écoute ici :
http://lanielane.net/music/

ps: Merci Tony!

Et en cadeau : une reprise des Black Keys…

Image de prévisualisation YouTube

Ne vivez jamais sans musique
by Bea

8 commentaires Ajoutez les votres

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Protected with IP Blacklist CloudIP Blacklist Cloud