MULATU ASTATKE au Trianon à Paris le 10 octobre

Mulatu Astatke Sketches Of Ethiopia
Mulatu Astatke Sketches Of Ethiopia

Pour son premier album publié sur un label international, le père de l’ « éthio-jazz » nous livre sa musique particulièrement riche, nourrie de tout son parcours : formation de  percussionniste, études de composition, collaborations avec nombre de jazzmen au premier rang desquels Duke Ellington, influences jazz et latines, et bien sûr musique traditionnelle de son pays (Ethiopie).Track liste à écouter en lisant l’article

Image de prévisualisation YouTube Image de prévisualisation YouTube Image de prévisualisation YouTube

Remis sur le devant de la scène en 2004 grâce à la bande originale du film de Jim Jarmusch « Broken Flowers », il est devenu un artiste « culte ».

B.O. Broken Flowers par Mulatu Astatke

Image de prévisualisation YouTube

Chacune des apparitions de Mulatu Astatke en concert est une une fête musicale sous-tendue par un somptueux appel à la danse.

Chef d’orchestre, arrangeur, joueur de vibraphone et de congas, Mulatu Astatke joue désormais avec son groupe régulier Step Ahead basé en Angleterre.

Réalisé à Addis-Abeba, Londres et dans les studios de La Buissonne près d’Avignon,« Sketches of Ethiopia » propulse sur la planète jazz mondiale sa musique divinement chatoyante, mélange unique de groove moderne, de mélodies séculaires, de reflets de musique classique occidentale et de rythmes latins et afro-funk.

Ce disque « Sketches Of Ethiopia »  sonne avant tout comme un parcours à l’intérieur de l’Ethiopie, un pays où il y a autant d’instruments que de tribus. Echo aux « Sketches Of Spain » de Miles Davis ? Proximité que l’on retrouve dans la trompette élusive du londonien Byron Wallen.

Mais c’est avant tout à Duke Ellington, père des grandes suites africaines, que l’on compare son disciple Mulatu Astatke. Excusez du peu !

S’ajoute à son talent les instruments traditionnels de son pays, comme la luth tambour masinko, l’antique lyre krar et la fine flûte washint… des instruments emblématiques qui dialoguent en toute sérénité avec la guitare et les claviers électriques, la basse et le saxophone.

Fidèle à sa marque de fabrique, Mulatu Astatke mélange, fait de sponts entre divers points du monde, entre les mélodies pastorales des ahuts plateaux de son pays et et les harmonies des capitales, entre percussions latines et groove de la scène anglaise.

Sa nouvelle Dream team Step Ahead marque un retour à l’acoustique assumé par le chef d’orchestre qui a concocté ce répertoire, essentiellement arrangé de sa main.

Un album à découvrir absolument et une occasion formidable avec son concert le 10 octobre au Trianon à Paris.

Bonne écoute, bon concert (aux chanceux) et bonne rentrée les alis blog zikkers !

Carol

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Protected with IP Blacklist CloudIP Blacklist Cloud