Nashville Pussy, le concert qui m’a électrifiée

Nice boys don’t play Rock ‘n’ Roll
Nashville Pussy est un groupe de hard rock américain, d’Atlanta, né des cendres de Nine Pound Hammer.
Blaine Cartwright, le guitariste voulait passer au chant+guitare, et a monté le projet en 1996 avec sa femme guitariste soliste, Ruyter Suys (prononcez Rider Sighs s’il vous plait, elle est pas fine), Adam Neal, batteur des Nine Pound Hammer, et Corey Parks (soeur d’une basketteuse NBA, Cherokee Parks) à la basse.

C’est à l’occasion de la sortie de leur premier album Let Them Eat Pussy que les Nashville Pussy ont entamé une tournée mondiale, et ont eu la bonne idée de passer en France. C’est alors que je les ai vus…

The Band

D’abord, le groupe s’est promené dans le rock club. A chaque fois ils font ça, je l’ai vu 2 fois. Une fois au Jimmy (RIP), à Bordeaux, et une fois à la Nef, à Angoulême.
Au Jimmy, c’est Weak, qui ouvre…
Ruyters Suys est souriante comme tout, trinque volontiers ou pose avec le public, Corey, qui mesure au moins 1m90 (de haut) la suit, timide, souriante, saluant tout le monde.
Puis, elles s’installent au premier rang, pour voir le support band, balançant des « doigts du fuck » ou des mano cornuda, et gueulant des yeah, yeah, come on! Comme des groupies!
Puis, c’est leur tour… j’ai oublié de préciser qu’elles ont entre temps enfilé (si j’ose dire) leurs habits de lumière, à peu de choses près ceux de la pochette de l’album…
Les gars de la salle exultent… les filles rentrent les épaules…

Le concert démarre en une explosion, les riff s’enchainent, la batterie se déchaine, la basse nous passe régulièrement au dessus de la tête, en vrai hein, elle est grande Corey, et nous frôle les oreilles.
Prudente, je me mets au milieu, et je reçois des goutellettes de pluie improbable. Je réalise que Ruyters secoue tellement la tête, que j’ai oublié son visage. Elle envoie celle là, des solos sortis des doigts d’Angus Young (dont elle est fan absolue).
Blaine braille braille à s’en déchirer les cordes vocales, incroyable, je lui trouvait plus une tête à conduire des Massey-Fergusson qu’à jouer du rock
Les chansons parlent de sexe, de drogues, d’alcool et de baston, et bien sûr, de rock and roll

Mais bientôt Ruyters lui passe devant, est sur le point de perdre son bikini, sous les regards gourmands des gars du public…
D’ailleurs, vous avez peut-être eu l’occasion de voir ceci:

Rocco Siffredi non plus ne s’en n’est pas remis.

Mais, tout ceci n’est encore que le début du show… Je passe les démentielles reprises d’ACDC
En réalité Nashville Pussy m’ont électrifiée pour de vrai, quand, en presque fin de concert, Ruyters est en transe, Corey lâche la basse, farfouille dans un coin, ressort avec une bouteille étrange, une sorte de masse à la main.
Elle avale son curieux breuvage, après avoir enflammé sa massue, et dans un élan démoniaque, souffle de toutes ses forces dessus, enflammant le machin, embrasant l’atmosphère plutôt confinée du Jimmy, cramant au passage deux ou trois barbes… le tout dans un solo satanique de Ruyters, Blain et Adam tapant la cadence de façon quasi vaudou…
Comme pour nous prévenir que le rock, c’est pas pour les gamins, ni les gamines…
C’est pour moi un de ces souvenirs inpérissables où, paradoxalement je n’ai rien retenu du jour du concert, tellement j’ai vécu intensément le moment…

Le groupe depuis a changé de line-up, fait 6 albums studio en 10 ans, 3 lives, dont un à Rennes (ou Weak avait encore assuré la première partie, le soir du dernier examen du bac de Willy Weak).

P’tit live pour la route, capté au Trabendo, à Paris.

Aaah, Les Nashville Pussy décidémment me rappellent quelques années révolues, de ces soirées où parfois le groupes nous mettait une réelle claque…

Et j’y pense, parce que je continue de les écouter, et qu’en plus, j’apprends que ce soir, ils jouaient à La Nef, à Angoulême…
pffff j’y serai bien retournée pour les voir!

By Bea.

2 commentaires Ajoutez les votres
  1. Bonjour 🙂
    J’ai une info pour les fans de rock 😉
    J’ai découvert une boutique dans le centre ville de Cernay dans le Haut-Rhin en Alsace qui propose pleins d’articles originaux sur le thème du rock, mais il existe également un site internet où l’on peut y découvrir les articles en magasin et les acheter… Allez faire un tour il est sympa 🙂
    http://www.rockinstore.fr

    1. Merci pour le tuyau et pour la pub!
      Je suis certaine que nos lecteurs à l’occasion d’un prochain passage à l’Est iront de ce pas!
      J’irai moi même y jeter un œil, au moins sur le site.
      Bon vent et Rock On!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Protected with IP Blacklist CloudIP Blacklist Cloud