Sandra Nkaké: une diva soul française

Née en 1973 au Cameroun, elle est bercée par la musique dés son plus jeune âge et pourtant elle fait ses premiers pas sur les planches en tant que comédienne. Mais la musique est son fer de lance et elle rejoint dans un premier temps le groupe « Les saltimbanques » après de nombreuses auditions, elle fait ainsi son entrée sur les scènes underground, soul et funk. Elle participe au projet trip-hop « Ollano«  en 1996, assure les premières parties de Nouvelle Vague, Amp Fiddler ou The Headhunters et sort enfin son premier album en 2008 « Mansaadi » (petite mère). Un album soul inspiré de Macy Gray ou Erykah Badu mais aussi teinté de ses influences africaines de jazz, de slam ou de trip-hop.
Image de prévisualisation YouTube

Un univers unique de cette bombe franco-africaine, en anglais mais aussi en français avec la reprise de « la mauvaise réputation » et moi qui fus bercée par Brassens à n’en plus pouvoir, j’avoue avoir été complétement réconcilié avec le poète moustachu grâce à cette magnifique interprétation et ce bel arrangement.

Image de prévisualisation YouTube

Et si c’est vrai que ce premier album est encore un peu dans la retenue, il est sans doutes un belle promesse pour la suite.

Je ne pouvais pas finir sans vous parler du tribute to Gil Scott Heron « A place for you », magnifique hommage à cette grande icône de la musique afro-américaine rendu par un collectif dont Sandra Nkaké est une des voix avec Jî Drû.

En conclusion, je n’ai qu’une hâte : pouvoir avoir très vite l’occasion de découvrir en live cette héritière des grands du jazz.

2 commentaires Ajoutez les votres

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Protected with IP Blacklist CloudIP Blacklist Cloud