Si on nous entend pas crier dans l’espace, c’est pour mieux entendre la BO d' »Aliens » par James Horner ! (True story)

Pour prendre la suite de Ridley Scott 7 ans après le 1er volet, les producteurs de la 20th Century Fox ont choisis James Cameron comme réalisateur (il fût choisit avant la sortie de « Terminator » et la mise en chantier d' »Aliens » a été repoussé le temps qu’il finisse ce dernier). Afin d’imprimer un style différent du film précédent (grosse exposition, peu de plans du monstre, une ambiance claustro limite théâtrale avec un décor unique), ce dernier opte pour un film de guerre total. Le compositeur change également puisque la légende Jerry Goldsmith laisse la place à James Horner, qui comme lui, a travaillé sur la saga « Star Trek ». Ce dernier signera une BO évidemment plus martiale et puissante.

Image de prévisualisation YouTube

Comme le film, la musique commence doucement et se concentre avant tout sur l’ambiance, avec un son très bas et quelques éclairs de violons. La 1ère partie du film étant consacré à la découverte du peloton de Marines et à celle de la planète LV-426. Puis c’est enfin le début du bourrinage à l’écran qui se traduit par une musique très ample et percutante avec « Ripley’s recue ». Sur l’édition Deluxe, cette piste (ainsi que « Combat drop ») est disponible avec seulement les percussions, ce qui permet d’apprécier la qualité du travail rythmique fourni par Horner.

Image de prévisualisation YouTube

La suite est une pure merveille dans le genre de la musique d’action, enchaînant les rythmes effrénés et les percussions métalliques assommantes (« Futile escape », « Going after Newt », « Bishop’s countdown »). Parfois, on a même droit à quelques sursauts puisqu’il m’est arrivé, au milieu de l’écoute (pendant que je marchais dans la rue par exemple) de sursauter au son d’un violon et de jeter un petit coup d’oeil derrière moi. Terriblement efficace.

Image de prévisualisation YouTube

La composition de la partition ne s’est toutefois pas faite sans heurts, Horner n’ayant toujours pas écrit une note 6 semaines avant la sortie du film, le tournage s’éternisant quelque peu. Sauf qu’à l’époque, Horner était plus inspiré que maintenant (il a été appelé à la rescousse sur d’autres films comme « La masque de Zorro » ou « Troie », avec des résultats contrasté puisqu’il se contente, la majorité du temps, de recycler ses propres gimmicks), le résultat a quand même pas mal de gueule. Son travail est tellement bon que Don Davis reprendra même quelques sonorités et rythmique pour la BO de « Matrix Revolutions » notemment.

Image de prévisualisation YouTube

Si Horner et Cameron ne sont pas quitté en très bon terme (le réalisateur ayant poussé le compositeur à bout en remontant la séquence du fight entre la Reine Alien et Ripley, obligeant ce dernier à modifier sa partition à quelques jours de la sortie), même s’ils on collaboré ensemble 12 ans plus tard sur « Titanic ». Rien de tel qu’un Oscar pour réconcilier 2 artistes.

Image de prévisualisation YouTube

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Protected with IP Blacklist CloudIP Blacklist Cloud