« Surfin’ USA » des Beach Boys : ben alors, l’été est là ou pas ?

Afin de fêter dignement le retour du soleil (en tout cas à Paris, il est là) repartons pour les chaudes plages californiennes accompagné par les meilleurs surfers-rockers du monde, les légendaires Beach Boys. Si le 1er album ne leur avait pas permis de se faire connaître partout, celui-ci va les installer au sommet des charts de 1963. Let’s go for a ride !

Le single « Surfin’ USA » est bien sûr un tube indispensable et hyper connu. La rythmique est diabolique, les voix sublimes et on peut danser dessus des heures durant. Brian Wilson y étale sa science de compositeur mais aussi de producteur en nous offrant des choeurs vraiment profonds. Il expérimentera sa voix de fausset sur la piste suivante « Farmer’s daughters« . Le disque est constellé de chansons de ce genre, toujours très dansantes voire de slows comme le très beau « Lonely sea« . Oui, mais il y a aussi autre chose.

Image de prévisualisation YouTubeComme il était dit précédemment, la surf music est essentiellement instrumentale. Le disque compte donc 5 pistes (sur 12) entièrement instrumentales. La 1ère d’entre elles est la fameuse « Misirlou » que tout le monde connaît soit via « Pulp fiction » (bien), « Taxi » (pas bien) ou encore les Black Eyed Peas (si on aime les bidons de lessive). Version qui reprend des sonorités grecques (pays d’origine du morceau) associée avec des solos très réussis. J’adore aussi « Surf Jam« .

Image de prévisualisation YouTube

Le disque s’écoute très vite (moins de 25′ là encore) et le son est d’une qualité rare, avec une basse très en avant, des voix parfaitement agencées grâce à une production ingénieuse et nos pieds et nos mains gigotent sans cesse. Excellent disque de plage et de détente.

Image de prévisualisation YouTube

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Protected with IP Blacklist CloudIP Blacklist Cloud