TIM MAIA – LE CHAO DO BRAZIL –

Je vous laisse découvrir ce musicien  qui  a brûlé sa vie comme on bouge sur sa musique, à fond.

Tim Maia – O Caminho Do Bem

Image de prévisualisation YouTube

Il est  à Rio en 42, dans une famille que l’on peut qualifier de nombreuses (19), vers ses 14 ans, il se met à trifounier  la batterie d’abord puis la gratte ensuite, il passe pro dans la foulée.

Tim Maia – Do Leme Ao Pontal

Image de prévisualisation YouTube

On l’affuble d’un surnom  « Babulina », dû à la manière de prononcer Bop-a-Lena, sont un peu vache  ses collègues.

Tim Maia – Ela Partiu

Image de prévisualisation YouTube

En 57, avec Roberto Carlos, pas le footeux, l’autre,  il créé The Sputnik son premier groupe puis part pour les US dont il va se faire expulser dans les années 60 en raison de sa vie dissolue.

TIM MAIA – Nobody Can Live Forever –

Image de prévisualisation YouTube

Bon c’est vrai, l’abus d’alcool et autres substances illicites n’aide pas à se mettre en valeur, surtout  que le monsieur était plutôt du genre à dire ce qu’il pense dans les medias ou à faire ce qu’il veut ,  quitte donc à ne pas respecter les contraintes horaires de ses concerts, légèrement gênant aux entournures.

Tim Maia – Que Beleza

Image de prévisualisation YouTube

Au final, sa musique est  une véritable révolution au Brésil mélangeant soul, rock progressif et musique populaire locale avec bonheur surtout pour nous.

Une recommandation des autorités de la sécurité routière, ne pas écouter au volant d’une voiture car statistiquement sa musique est accidentogène pour cause de déhanchement incontrôlés dans l’habitacle du sus dit véhicule :

Stop the engine

et à fond les gamelles.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Protected with IP Blacklist CloudIP Blacklist Cloud