Michael Kamen : la bande-son des années 80-90.

A quoi reconnaît-on un bon compositeur de cinéma ? A sa discrétion ? A ses thèmes entêtants qui vous rappellent les images du film ? Ou bien à la place qu’il laisse vacante ? Je pencherai pour cette 3ème option. Depuis la mort de B. Poledouris, l’héroïc-fantasy ne sonne plus pareil. Il en va de même avec Michael Kamen qui avait donné au film d’action ses meilleurs thèmes. Né à New York le 15 avril 1948, il décèdera à Londres le 18 novembre 2003 à la suite d’une sclérose en plaques. Il avait débuté sa carrière en composant des ballets à Broadway avant de se faire happé par la Californie et le milieu hollywoodien.

Image de prévisualisation YouTube

Soyons honnêtes, le cinéma d’action des années 80 ne serait rien sans ses remarquables compositions pour « L’arme fatale » ou encore « Piège de cristal ». Il continuera par la suite en signant les BO de « Robin des bois, Prince des voleurs », « Le dernier samaritain », « Last action hero », le 1er volet des « X-Men », les 3 volets suivants de la saga de « L’arme fatale » ainsi que les 2 autres de la saga « Die hard ». Pour le cinéma plus traditionnel, il s’est illustré avec « Brazil », « Dead zone », « Les 101 dalmatiens » en live, « Le géant de fer » et surtout « Pr Holland ». C’est dans ce film que l’on s’aperçoit du génie musical de Kamen, un des rares à marier avec harmonie le rock et le classique.

Image de prévisualisation YouTube

Car oui, Kamen n’a pas fait que composer pour le cinéma, il a aussi beaucoup œuvré dans la pop music. En témoigne ses collaborations avec divers artistes comme les Pink Floyd (sur « The Wall » notamment) mais aussi avec Waters et Gilmour après la séparation du groupe, Bryan Adams (le méga-tube « (Everything I do) I do it for you »), Queen, Herbie Hancock, Eric Clapton (le concert « 24 nights » durant il dirige un orchestre philharmonique), le groupe Metallica, Eurythmics (le tube « Here comes the rain again »), David Bowie, The Cranberries, Kate Bush, Sting ou encore Def Leppard. Le plus souvent, il était en charge de l’orchestration des morceaux, quand il s’agissait de marier les cordes de guitares avec celles des violons. L’apogée de ce génie unique culminera avec le fameux concert « S&M » en 1999.

Image de prévisualisation YouTube

Son palmarès ne compte pas pléthore de trophées (souvent nommé mais peu récompensé) car il œuvrait dans des films qui ont très bien résisté au temps mais qui sont le plus souvent ignoré par l’Académie (il a tout de même gagné 1 Grammy, 2 ASCAP, 1 BAFTA et 12 BMI Films & TV Award). Et ce qui compte, au delà des récompenses, c’est le nombre incroyable de thèmes sublimes qu’il laisse, ignoré du grand public car moins souvent cité dans les médias mais tout aussi (im)mortels que bien d’autres. Et les adaptations de comic books (les films d’action des années 2000) bénéficient régulièrement de BO assez mièvres, dépourvus de thème fort (sauf « Spider-Man » signé Danny Elfaman et donc celui des « X-Men », qu’il signera sous le pseudo Michael K-Men). Un seul être vous manque…

Michael Kamen – X-MEN – Complete CD02 – 15 – Checkmate & End Credits

2 commentaires Ajoutez les votres

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Protected with IP Blacklist CloudIP Blacklist Cloud