Just Kids de Patti SMITH

Just Kids de Patti SmithIci pas question d’un CD, mais d’un très beau livre.

Just Kids relate la relation entre Patti Smith et Robert Mapplethorpe fin des années 60 et début 70. Un couple mythique rock Roll mais pas que. Et c’est justement là que tout prend du sens.

Patti arrive à New-York en 1967, et la première personne qu’elle rencontre est Robert. L’homme au boucles d’ange avec qui elle vivra une très jolie mais douloureuse histoire d’amour, d’art. Rien ne leur sera épargné, ni les doutes, ni les frasques de Robert.

C’est elle qui a poussé Robert à faire ses photos lui-même plutôt qu’à travailler sur des collages. C’est Robert qui a poussé Patti à chanter et à monter sur scène. Indispensables l’un à l’autre ils ne se quitteront jamais vraiment.

J’ai toujours adoré le travail de Patti Smith, que je classe comme une artiste dans le sens le plus large du terme, et certainement pas uniquement comme chanteuse. Ce qui n’enlève rien à son talent d’interprète, mais ses poèmes, ses dessins, son libre arbrite et son mode de vie ont toujours été pour moi d’une grande inspiration. La liberté avant tout, quitte à (se) sacrifier.

Beaucoup diront qu’elle avait une vie dissolue. Vous découvrirez que Patti Smith avait peur de la drogue, des seringues et des mauvais trips… et que d’ailleurs si elle avait eu tous ces vices, après la lecture de Just Kids, on s’en ficherait bien tant son esprit était clairvoyant, détaché des notions matérielles les plus élémentaires, en marge certes mais quelle marge !  C’est son ouverture d’esprit magnifique et sa très grande culture (littéraire et musicale) qui lui ont permis de rencontrer les grands artistes de son époque, la tribu et la cour d’Andy, Les traînes savates du Chelsea où elle-même et Robert ont créché plusieurs années. Elle fut bien entendu la muse de Robert et ce même après leur séparation. Mais peut-on vraiment parler de séparation. ? Rien n’est moins certain. Jusqu’à la mort de Robert, ils seront l’un pour l’autre l’ami indispensable.

Robert réalisera d’ailleurs certaines pochette de disques dont le plus connue : Horses.

Ce livre est un très bel hymne à l’amour, truffé de références pour nos auteurs français : Rimbaud en tête, mais aussi Genet, Baudelaire… Vous y découvrirez aussi l’univers poétique et mutin de son époque, ses grigris et se sinspirations.

Et Dieu.

Je vous invite à ne pas rater l’occasion de la rencontrer, soit à travers ce livre, soit en concert. Elle est en France pour quelques mois je crois. J’ira à sa rencontre le 3 novembre à La Sirène à La Rochelle. Y serez-vous ?

Bonne lecture et racontez-moi

Carol

Un commentaire Ajoutez les votres

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Protected with IP Blacklist CloudIP Blacklist Cloud